LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE GOLFECH POURRAIT S’AGRANDIR

La centrale nucléaire de Golfech pourrait s’agrandir. EDF ne s’en cache pas. Sur la quasi-totalité de ses sites nucléaires, l’entreprise cherche à acquérir du foncier. Et dans le Tarn-et-Garonne, de la prospection est en cours pour lui permettre de s’étendre de quelques hectares.

À l’automne dernier, EDF confirme avoir organisé près de Golfech une réunion avec des propriétaires terriens et des agriculteurs voisins pour tâter le terrain et faire des propositions d’achat. Une étude de faisabilité est même portée par la SAFER, la société publique spécialisée dans la vente de biens fonciers ruraux, c’est elle qui a diligenté des équipes il y a quelques mois. Autour de son unique centrale nucléaire d’Occitanie, EDF précise chercher à gagner 40 hectares, soit pour un site de 220 hectares, un agrandissement maximal de 18%. C’est trois à quatre fois moins que les surfaces convoitées autour d’autres centrales de l’Ain, le Loir-et-Cher, l’Indre-et-Loire ou la Seine-Maritime selon une enquête menée par le magazine Challenges

Les anti-nucléaires parient sur un nouveau réacteur à terme

Toute la question est de savoir pourquoi. EDF dit envisager plusieurs pistes comme la production d’énergies décarbonées, des panneaux solaires. Mais les associations antinucléaires locales parient plutôt sur d’autres hypothèses, en s’appuyant sur la programmation pluriannuelle énergétique (PPE) publiée par le gouvernement fin janvier. La PPE selon eux atteste du recul du gouvernement sur les efforts en matière d’énergies renouvelables en faveur du nucléaire. En septembre dernier, le gouvernement a repoussé à 2035 au lieu de 2025 son objectif de réduction de la part nucléaire dans l’électricité française.

S’ouvrent alors d’autres hypothèses émises par les connaisseurs : EDF pourrait avoir besoin d’espace pour stocker ses propres déchets radioactifs puisque l’usine de retraitement de la Hague est saturée et que l’avenir de Bure est incertain. Dans la même veine, si les générateurs de vapeurs sont remplacés, il faudra là encore les stocker et ce sont de gros déchets, cela fait partie des possibilités qu’EDF n’infirme pas. Dernière hypothèse évoquée par les militants écologistes, un nouveau réacteur. Un petit ou un gros EPR 2ème génération. Certains se souviennent que le site de Golfech avait été conçu au départ pour quatre réacteurs. Les deux actuels ont 25 et 28 ans de service, encore loin des 41 ans de la centrale de Fessenheim qui doit fermer en 2020. Les deux réacteurs de Golfech doivent subir leurs visites décennales, sortes de contrôles techniques en 2022 et 2024.

Autre projet : un parc photovoltaïque dans la centrale

C’est un autre plan en cours d’étude pour lequel EDF assure que « _le projet existe mais il n’y a rien de très avancé à Golfech« . Et là encore, il découle directement des annonces de la hiérarchie. En décembre 2017, le directeur d’EDF Jean-Bernard Lévy évoque pour la première fois le plan solaire : la volonté d’installer 30 GW de photovoltaïque en France entre 2020 et 2035. Ont depuis été lancées des pistes sur la plupart des sites fonciers de l’opérateur. La centrale nucléaire de Golfech en fait partie. Le permis de construire a été déposé confirment les services de communication d’EDF sans préciser la capacité visée mais « on ne peut pas confirmer que le projet aura lieu« . Et il existe encore des questions autour de l’emplacement exact de ces éventuels panneaux solaires.

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/la-centrale-nucleaire-de-golfech-pourrait-s-agrandir-1553802328