UNE VILLE DE L’OHIO S’INQUIÈTE DE LA SÉCURITÉ À LA SUITE DE LA DÉCOUVERTE D’UNE CONTAMINATION RADIOACTIVE À L’ÉCOLE SECONDAIRE

Sommes-nous en sécurité ?

C’est ce que se demande Jennifer Chandler et c’est ce qui préoccupe les voisins lorsqu’ils regardent l’usine de diffusion gazeuse de Portsmouth dans le comté de Pike, dans l’Ohio,
« On dirait qu’ils y font des nuages « , pensait la conseillère municipale du village de Piketon lorsqu’elle était enfant en voyant de la vapeur s’échapper des cheminées. « Quand j’étais petite, je n’avais aucune idée de ce qu’ils faisaient. »
La centrale du département de l’Énergie des États-Unis a été construite pour produire de l’uranium enrichi pour le programme d’armement nucléaire du pays pendant la guerre froide et, dans les années suivantes, elle a alimenté des réacteurs nucléaires commerciaux. L’une des trois usines de ce type aux États-Unis, elle a été exploitée de 1954 à 2001, année où elle a commencé la décontamination et le déclassement, qui se poursuit aujourd’hui.

Au cours des cinq dernières années, cinq élèves du district scolaire local de Scioto Valley, situé à proximité, ont reçu un diagnostic de cancer; trois d’entre eux sont décédés, a déclaré Mme Chandler. Son cousin, Luke, qui a grandi près de l’établissement, est mort il y a des années d’une leucémie. Elle se demande s’il s’agit d’une épidémie de cancers.
« Vous ne pouvez pas faire une réclamation sur une chose que vous ne pouvez pas prouver. Quelle en est la cause ? C’est un cancer génétique ? C’est un cancer de l’environnement ? Je ne suis pas une professionnelle de la santé, dit-elle. C’est un sujet sensible : « Ce n’est pas un jeu, vous savez. C’est la vie des gens. »
Lundi, l’école « Zahn’s Corner Middle School » de Piketon a été fermée parce que de l’uranium enrichi avait été détecté à l’intérieur du bâtiment et du neptunium-237 avait été détecté par un moniteur aérien situé à côté de celui-ci.
« À vol d’oiseau, l’école se trouve à moins de 3,2 kilomètres de la limite de la propriété du DOE », a déclaré M. Chandler.
Le district a affirmé mardi que l’école restera fermée « jusqu’à ce que la source, l’étendue, le niveau de contamination et les impacts potentiels sur la santé publique et l’environnement puissent être déterminés ».

L’uranium enrichi, qui est fabriqué à partir de minerai d’uranium pour aider à la réalisation des armes nucléaires, et le neptunium, un sous-produit de ce processus, sont à la fois radioactifs et considérés comme des  » contaminants préoccupants «  – ils augmentent le risque de cancer chez une personne – d’après le ministère de l’Énergie.
Piketon, un village appalachien de 2 146 habitants, est situé le long de la rivière Scioto dans le sud de l’Ohio. L’école secondaire reçoit plus de 300 élèves et compte 25 employés.
« Il n’y a tout simplement pas de livre de stratégie à ce sujet, et nous sommes en train d’écrire le scénario au fur et à mesure », a déclaré le surintendant du district scolaire Todd Burkitt à WLWT, affiliée de CNN à Cincinnati.

Décontamination et déclassement

Un haut fonctionnaire du ministère de l’Énergie a indiqué que les échantillons d’air prélevés régulièrement dans la zone de l’usine de Portsmouth n’ont révélé que des traces des deux contaminants radioactifs, qui étaient de 1 000 à 10 000 fois inférieurs au seuil établi de préoccupation pour la santé publique. L’agence a souligné qu’elle prend toutes les détections au sérieux, «même celles qui sont à des niveaux aussi bas ».

L’agence a publié son rapport annuel sur l’environnement du site en mars, et c’est là que le public et l’établissement scolaire ont appris la contamination radioactive, a déclaré M. Chandler. Elle ajoute que l’échantillonnage a été effectué en 2017.
« Deux ans plus tard, ils ont communiqué les données de 2017 à la collectivité », a-t-elle déclaré. Plus tard, on a découvert qu’en 2018, les moniteurs d’air avaient détecté de l’américium, un autre sous-produit radioactif de la production nucléaire.

La voisine de Chandler, Elizabeth Lamerson, vit dans la zone de notification immédiate de 2 milles — S’il y a un accident à l’usine, on lui donnera des instructions sur ce qu’il faut faire, explique Chandler.

Mme Lamerson a commencé à poser «  beaucoup de questions », y compris sur ce à quoi ressemblent les émissions atmosphériques, et quand elle n’a pas obtenu de réponse du ministère de l’Énergie, elle a pris les choses en main et a entrepris un processus de collecte d’échantillons en collaboration avec des scientifiques de la Northern Arizona University, a déclaré Mme Chandler.

L’université a mené une  » étude d’intérêt public  » pour étudier les sources potentielles d’uranium et d’autres contaminants dans les échantillons environnementaux prélevés dans les environs de Piketon. Le rapport attribue une « source possible » d’une partie de la contamination à la zone de construction.

En 2015, le ministère de l’Énergie et l’Ohio Environmental Protection Agency se sont entendus sur un plan d’élimination de plus de 1 529 109 de mètres cubes de déchets qui seraient générés par le processus de décontamination et de déclassement de l’usine. Ce plan comprenait la construction d’une installation d’élimination des déchets sur place.

Les activités de construction, y compris le défrichage du site et la construction de la chaussée, ont commencé vers 2017, et c’est à ce moment-là que les moniteurs ont détecté la contamination, a indiqué M. Chandler.

D’après la documentation fournie par le ministère de l’Énergie, Matthew Brewster, commissaire à la santé du Pike County General Health District, pense que la contamination «  a atteint la station de surveillance de l’air comme résultat probable des activités liées à la construction de l’installation de traitement des déchets ».

Échantillons environnementaux

Avant la construction, un rapport du ministère de l’Énergie, qui comprenait des échantillons d’eau prélevés en 2009, indiquait que l’uranium 238 avait été détecté à des niveaux inférieurs aux niveaux jugés acceptables par le DOE, mais que le cadmium, le chrome et le plomb avaient été détectés « au-dessus des objectifs préliminaires de restauration des eaux souterraines [de l’usine Portsmouth] », qui sont établis pour protéger la santé pendant la réalisation des travaux de nettoyage.

Les scientifiques de la Northern Arizona University travaillant avec la communauté ont publié leur propre note technique le 27 avril, qui comprenait les résultats des échantillons prélevés dans un rayon de 8 km autour de l’installation nucléaire. Le rapport a trouvé de l’uranium enrichi dans l’école Zahn’s Corner Middle School. Il a également détecté la présence de neptunium dans des échantillons d’eau et de sédiments provenant d’une propriété privée adjacente au chantier de construction et d’uranium enrichi, de neptunium et de plutonium sur des propriétés privées et dans les ruisseaux et ruisseaux du voisinage de Piketon.

Ce rapport, combiné au sondage annuel du ministère de l’Énergie, a incité le district scolaire à fermer l’école.

Le district scolaire et le département de santé du comté de Pike ont exhorté l’agence à arrêter la construction de l’installation de démantèlement de l’usine.

Toutefois, la secrétaire adjointe à l’énergie des États-Unis, Anne White, qui a discuté des prochaines étapes avec le district sanitaire vendredi avant la fermeture de l’école, a déclaré que tant que l’agence ne disposerait pas de meilleures données, elle n’arrêterait pas ses travaux de construction.

Elle a indiqué que l’agence souhaite parrainer une évaluation par une tierce partie afin d’examiner tous les problèmes de contamination mentionnés dans le rapport de la Northern Arizona University, qui comprendrait l’échantillonnage à l’école, sur les propriétés privées et dans l’air, l’eau et le sol des États.

Brewster a indiqué que le département local de la santé et les autres autorités de l’État peuvent décider de la portée de l’évaluation et de l’entrepreneur indépendant. Il s’attend à ce que l’entrepreneur soit choisi cette semaine et à ce que les résultats des tests soient retournés 30 jours après l’échantillonnage environnemental.

Chandler a déclaré que la priorité absolue pour le district sanitaire est que «  les inquiétudes soient apaisées « .

À un moment donné, nous devons faire confiance aux scientifiques qui font ces calculs et qui reviendront vers nous en nous disant :  » Oui, ce bâtiment est complètement sûr  » ou  » non, nous avons un problème « , a-t-elle dit.

La communauté est  » entièrement favorable  » au nettoyage du site par le ministère de l’Énergie, a-t-elle dit, mais la contamination a été libérée dans l’atmosphère et des dépôts d’uranium ont été découverts non seulement dans l’école mais aussi dans la poussière de greniers des maisons locales.
« S’il y a des choses qui sont rejetées dans l’air par les activités de construction, qui soulèvent des poussières fugitives qui sont maintenant projetées à l’extérieur du site et qui frappent des moniteurs de contrôle de l’air, l’organisme doit examiner la question et trouver un moyen de mener ces activités sans contaminer la collectivité » a déclaré M. Chandler.

Rebekah Riess de CNN a contribué à ce rapport.

Ce texte est la traduction en français d’un article rédigé en anglais par Chuck Johnston et Susan Scutti, CNN et mis à jour le 14 Mai 2019 à 16h37 GMT

https://edition.cnn.com/2019/05/14/health/ohio-middle-school-radioactivity-bn/index.html