Mai 21

EDF NOMME L’ANCIEN DIRECTEUR DE CABINET DE LE DRIAN À LA TÊTE DU PARC NUCLÉAIRE

C’est un fait rare dans l’histoire d’EDF : la direction du parc nucléaire ne sera pas confiée à un ingénieur. Le PDG de l’entreprise publique, Jean-Bernard Lévy, a nommé lundi Cédric Lewandowski au poste très stratégique de directeur du parc nucléaire et thermique, en remplacement de Philippe Sasseigne, qui va partir à la retraite.

Ce dernier avait déjà remplacé Dominique Minière, figure de la filière nucléaire française, qui a quitté le groupe il a quelques mois.

Lire : EDF : Dominique Minière, le directeur exécutif du parc nucléaire quitte l’entreprise

C’est peu dire que cette annonce a surpris les observateurs du monde de l’énergie. Cédric Lewandowski n’a jamais occupé de fonction dans le nucléaire. Il a fait une grande partie de sa carrière à EDF, mais est surtout connu pour avoir occupé pendant toute la durée du quinquennat Hollande le poste stratégique de directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la défense. Souvent considéré comme un « ministre bis », il est le seul directeur de cabinet à être resté en poste pendant cinq ans lors du quinquennat précédent.

Une tâche immense

Ce Lyonnais fin connaisseur de Bonaparte récupère la direction qui chapeaute le parc des 58 réacteurs français du groupe – le plus important du monde – en plus des centrales à gaz et des deux centrales à charbon qu’exploite encore EDF. La tâche est immense : le parc nucléaire français est vieillissant et est engagé dans de coûteux travaux de « grand carénage » pour pouvoir assurer la prolongation de sa durée de vie – qui devra être acceptée ou non par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Lewandowski était précédemment à la tête de la direction dite innovation, responsabilité d’entreprise et stratégie. Mais au cours de l’année écoulée, il a surtout été chargé de rédiger la position d’EDF sur la feuille de route énergétique de la France, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). La présentation de la PPE par Emmanuel Macron s’est finalement révélée relativement conforme aux souhaits d’EDF, en repoussant la réduction du parc nucléaire à 2035 et ne s’engageant sur aucune fermeture de réacteur avant 2027.

Par Nabil Wakim, publié le 20 mai 2019 à 19h41, mis à jour  le 21 mai à 07h18

Lire aussi Nucléaire, énergies renouvelables : le gouvernement précise sa feuille de route

https://www.lemonde.fr/energies/article/2019/05/20/edf-nomme-l-ancien-directeur-de-cabinet-de-le-drian-a-la-tete-du-parc-nucleaire_5464692_1653054.html