NUCLÉAIRE: DES CAPACITÉS DE PRODUCTION AU PLUS HAUT MAIS PEU DE NOUVEAUX PROJETS (RAPPORT)

Les capacités de production d’électricité nucléaire dans le monde ont atteint un pic historique, mais le faible nombre de démarrages de chantiers pour de nouveaux réacteurs nucléaires témoigne de la faible dynamique du secteur, selon un rapport publié mardi.

La capacité opérationnelle atteint 370 gigawatts (GW), « ce qui représente un nouveau maximum et dépasse le pic précédent de 368 GW en 2006« , souligne l’édition 2018 du World Nuclear Industry Status Report, un rapport annuel consacré au sujet.

Au total, neuf réacteurs ont démarré en 2018, dont sept en Chine et deux en Russie. Ensuite, quatre de plus ont été mis en service au premier semestre de 2019, dont deux en Chine.

Le monde compte ainsi désormais 417 réacteurs (au 1er juillet) dans 31 pays, soit 4 de plus sur un an. C’est un peu moins que les 418 réacteurs enregistrés en 1989 mais leur puissance moyenne a augmenté.

Le rapport, habituellement critique vis-à-vis du nucléaire, pointe toutefois la faible dynamique du secteur: au 1er juillet, 46 réacteurs étaient ainsi en construction (dont 10 en Chine), un chiffre au plus bas en une décennie.

L’an dernier, seuls cinq nouveaux projets ont été lancés (au Bangladesh, en Corée du sud, au Royaume-Uni, en Russie et en Turquie). Au premier semestre de 2019, un seul nouveau projet a été comptabilisé, en Russie.

« Il n’y a eu aucun démarrage de construction de réacteur nucléaire commercial en Chine depuis décembre 2016« , alors que ce pays est la locomotive du secteur, souligne le rapport.

Le secteur reste ainsi bien loin de son pic historique, qui remonte à 1976, lorsque 44 nouveaux chantiers avaient été lancés.

Le rapport souligne aussi la dynamique bien plus importante des énergies renouvelables (+165 GW de capacités l’an dernier), dont les coûts ont fortement baissé, et se penche sur les avantages des différentes énergies d’un point de vue climatique.

« La stabilisation du climat est urgente alors que l’énergie nucléaire est lente. Elle ne répond à aucun besoin opérationnel ou technique que ses concurrents n’émettant peu de carbone ne peuvent pas atteindre mieux, pour moins cher et plus vite », concluent les auteurs.

Par AFP, publié le 24 sept. 2019 à 16h12

Retrouvez cet article sur le site : https://www.connaissancedesenergies.org/afp/nucleaire-des-capacites-de-production-au-plus-haut-mais-peu-de-nouveaux-projets-rapport-190924 que nous vous conseillons de consulter régulièrement.