Nov 22

NI PÉKIN, NI PARIS ET NI LONDRES N’ENVISAGENT DE «VÉRITABLES EFFORTS» EN FAVEUR DU DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE

Un nouveau traité, en ce qui concerne la réduction des armements stratégiques offensifs avec la Russie et les États-Unis, n’est pour le moment une option ni pour la France, ni pour le Royaume-Uni, ni pour la Chine, a déclaré à Sputnik le représentant permanent de la Russie auprès d’organisations internationales ayant leur siège à Vienne.

La France, le Royaume-Uni et la Chine ne pensent pas que la signature d’un traité dans le domaine des armements stratégiques offensifs avec la Russie et les États-Unis est nécessaire, a confié à Sputnik Mikhaïl Oulianov, représentant permanent de la Russie auprès d’organisations internationales ayant leur siège à Vienne.

«Pour autant que je sache, ni la Chine, ni la France, ni le Royaume-Uni ne considèrent possible de s’associer à de véritables efforts multilatéraux en faveur du désarmement nucléaire», relate Mikhaïl Oulianov.

Qui plus est, il a tenu à souligner que «le Royaume-Uni et la France à un moment ont entrepris des réductions unilatérales mais ne prévoient pas de continuer ces démarches dans le cadre d’un traité».

Moscou appelle Paris et Londres à se joindre au désarmement nucléaire (© Sputnik . Vladimir Astapkovich)

Enfin, Mikhaïl Oulianov a précisé que les États-Unis n’avaient pas pris de mesures concrètes pour quitter le traité Ciel ouvert.

La participation de la France et du Royaume-Uni

Auparavant, le chef du département pour la non-prolifération et le contrôle des armements au ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Ermakov, avait tenu à souligner qu’une future réduction des armes stratégiques n’était possible sans la participation de la France et du Royaume-Uni.

Un traité sur le nucléaire entre les USA et la Russie

Peu avant, la diplomatie française avait encouragé Moscou et Washington à prolonger le seul accord qui les lie encore sur la réduction des armes nucléaires. Le traité New Start arrivera à son terme en 2021.

La question chinoise

Donald Trump avait évoqué un éventuel traité avec la Russie et à la Chine auquel pourraient adhérer les autres puissances nucléaires, en commentant l’arrivée à son terme du traité New Start.

Il a déclaré le 4 novembre devant les journalistes que les États-Unis travaillaient sur le contrôle des armements et négociaient actuellement avec la Russie et la Chine. D’après les dires du Président états-unien, les deux autres pays sont intéressés par la conclusion de ce type de traités avec les États-Unis, notamment en ce qui concerne les armements nucléaires.

Publié le 21 novembre à 14h20, mis à jour le 14 novembre à 14h23

Pour écouter les vidéos, cliquer  sur:

https://fr.sputniknews.com/international/201911211042463164-ni-pekin-ni-paris-et-ni-londres-nenvisagent-de-veritables-efforts-en-faveur-du-desarmement/