L’IRAN APPELLE LES ÉTATS-UNIS À RETIRER « SANS CONDITIONS » LEURS SANCTIONS COMME PREMIÈRE ÉTAPE POUR RELANCER L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE

Téhéran le 22 janvier (Xinhua) : le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a appelé vendredi la nouvelle administration américaine à retirer « sans condition » les sanctions adoptées par les États-Unis contre l’Iran en guise de première étape vers une relance du Plan d’action global commun (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA), soulignant l’impératif de limiter le champ d’action de cet accord aux questions nucléaires.

« L’administration américaine de Joe Biden doit commencer par retirer sans condition, et avec plein effet, toutes les sanctions adoptées, réactivées, ou rebaptisées depuis l’entrée en fonctions de M. Trump. L’Iran inversera ensuite toutes les mesures de correction qu’il a adoptées dans le sillage du retrait de M. Trump de l’accord sur le nucléaire« , a déclaré M. Zarif dans un article d’opinion publié vendredi par le magazine des Affaires étrangères.

Zarif a souligné que le retour à la table des négociations serait remis en question si Washington ou ses alliés de l’UE posent de nouvelles conditions pour cet accord qui a déjà été construit sur des années de travail minutieux de négociations.

Dans le cadre des négociations sur le nucléaire, l’Iran a accepté des restrictions pour cinq ans et pour huit ans respectivement sur ses achats de défense et de missiles, a précisé le ministre iranien des Affaires étrangères, soulignant que ces négociations « ont été prises pour s’assurer que l’accord ne puisse pas être détruit« .

La nouvelle administration des États-Unis n’a pas de temps à perdre pour revenir dans l’accord sur le nucléaire de 2015, a-t-il suggéré, déclarant : « La législation adoptée par notre Parlement en décembre 2020 prévoit clairement que l’Iran augmente son enrichissement d’uranium et limite les inspections de l’ONU si les sanctions ne sont pas retirées avant février 2021« .

L’Iran a lancé le 4 janvier un processus d’enrichissement de l’uranium à un niveau de 20% dans le cadre d’un Plan d’action stratégique pour contrer les sanctions, approuvé par son Parlement en décembre 2020.

L’administration de l’ex-président américain, Donald Trump, s’est retirée du JCPOA en 2018 et a réactivé des sanctions à l’encontre de l’Iran dans une tentative pour pousser ce dernier à entamer de nouvelles discussions sur le JCPOA et sur le programme de missiles balistique de l’Iran.

Par French.xinhuanet.com, publié le-23 janvier 2021 à 03h59

http://french.xinhuanet.com/2021-01/23/c_139690709.htm