NUCLÉAIRE, TGV : LES REVIREMENTS D’EMMANUEL MACRON

EDF discute du rachat de l’activité nucléaire de General Electric. Celle-là même que les Américains ont acquise à Alstom en 2014 avec la bénédiction du ministre français de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron.

Sept ans plus tard, l’éventuel retour de cette technologie hautement stratégique sous pavillon français est désormais vu d’un très bon œil par le gouvernement du même Macron. Ainsi Bruno Le Maire estime que cela « permettrait de conforter la capacité d’EDF à construire l’avenir de notre système énergétique et répondrait pleinement à notre ambition industrielle en faveur de cette filière ».

Au-delà du changement de cap présidentiel, cet encouragement gouvernemental confirme que la France va s’engager dans une nouvelle phase de développement de son industrie nucléaire. De la rénovation de centrales vieillissantes à la construction de six nouvelles centrales EPR voulues par EDF , les options envisagées aujourd’hui s’éloignent toutes des promesses du candidat Macron. Élu en 2017 sur l’engagement de réduire à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique français à l’horizon 2025, le marcheur rame désormais pour faire oublier sa promesse électorale.

En matière d’environnement, de stratégie énergétique ou de politiques de transport, la France du XXIème siècle est coutumière des revirements improductifs. Ces derniers jours, Emmanuel Macron esquisse d’ailleurs un autre demi-tour. Et ce à très grande vitesse. En 2017, il refusait de « promettre des TGV à tous les chefs-lieux de département de France. Ça veut dire ne pas relancer de grands projets nouveaux mais s’engager à financer tous les renouvellements d’infrastructures. » Quatre ans plus tard : « Je peux vous dire que quand le TGV n’arrive pas ou ne passe pas par une ville, c’est terrible. La décennie 2020 sera la décennie TGV. »

Et la campagne présidentielle ne fait que commencer…

Par Luc Bourrianne, publié le 23 septembre 2021 à 06h00

Photo en titre : Photo ER /Alexandre MARCHI

https://www.estrepublicain.fr/actualite/2021/09/23/nucleaire-tgv-les-revirements-d-emmanuel-macron