ANNONCES DE M. MACRON : EDF EST (BIEN HEUREUSEMENT) INCAPABLE DE CONSTRUIRE DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES…

Communiqué de l’Observatoire du nucléaire –

Ce mardi 9 novembre 2021, M. Macron a annoncé le projet de relancer la construction de réacteurs nucléaires en France. Or, incapable de construire un seul réacteur – le fameux EPR de Flamanville – EDF ne saurait en faire plusieurs !

Lancés respectivement en 2005 par Areva et en 2008 par EDF, les EPR de Finlande et de Flamanville devaient entrer en service en 2009 et 2012. Nous sommes bientôt en 2022 et ces réacteurs ne sont toujours pas terminés. Mieux (si l’on peut dire) : ils présentent l’un comme l’autre de graves malfaçons qui peuvent empêcher leur mise en service ou amener par la suite à un accident nucléaire.

Mais, soutenu par des irresponsables comme MM Macron, Zemmour ou Bertrand, le lobby de l’atome vit dans un déni total de cette réalité et croit pouvoir revivre un âge d’or (ou plutôt d’uranium) comme au siècle dernier, quand une soixantaine de réacteurs ont été construits en quelques années.

Or, à l’époque, l’argent coulait à flot, EDF était encore un service public puissant et avait (hélas) les compétences nécessaires pour un tel programme. Aujourd’hui, Areva a fait faillite et EDF est à son tour dans une situation financière catastrophique.

Les EPR devait être construits en 4 ans et demi pour un coût unitaire de 2,8 milliards (et non 3,3 comme écrit ici où là) or, après 15 à 17 ans de chantier, ils sont loin d’être terminés et coûtent pratiquement 20 milliards chacun selon la Cour des comptes.

Aussi, il est parfaitement dérisoire et ridicule de voir que de prétendus « responsables » préconisent la construction par EDF de plusieurs EPR (jusqu’à 10 pour le plaisantin Xavier Bertrand).

Non seulement EDF est bien incapable de construire et de financer des EPR mais elle n’est pas non plus en capacité de financer la rénovation des réacteurs actuels qui, inévitablement, vont devoir être fermés les uns après les autres dans les années à venir (en espérant que ce soit avant une catastrophe et non du fait d’une catastrophe comme au Japon en 2011).

Au final, sachant qu’il empêche délibérément le développement de toute alternative au nucléaire, lequel est néanmoins amené à disparaître, le lobby de l’atome condamne la France à l’impasse énergétique et au désastre financier. Et ce sont bien sûr les habitants de France, à commencer par les plus modestes, qui vont être les principales victimes de cette folie…

Par l’Observatoire du nucléaire, publié le 9 novembre 2021

http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article386