ATTAQUE RUSSE : QUEL AVENIR POUR L’ACCORD SUR L’URANIUM ENTRE LA FRANCE ET LA RUSSIE ?

La France va-t-elle interrompre son accord sur l’uranium avec la Russie, comme sanction à l’invasion de régions ukrainiennes par la Russie le 24 février au matin ? C’est la question que pose l’association Robin des bois dans un communiqué publié le même jour.

Depuis 2021, la France expédie de l’uranium de retraitement en Russie. L’uranium de retraitement (URT) est un déchet radioactif issu des installations de La Hague, en Normandie. On peut le convertir en combustible nucléaire utilisable dans des réacteurs nucléaires adaptés à cette fin. Mais les stocks s’accumulent en France, pour environ 33 000 tonnes et il n’y a pas d’usine de conversion, alors qu’il en existe une à Tomsk, en Russie. EDF, avec l’entreprise russe Tenex, et Orano, avec Rosatom, ont ainsi passé des contrats d’expédition d’environ 1 000 tonnes par an d’URT.

Dans une déclaration diffusée le 24 février, M. Macron a dit que « les sanctions portées à la Russie seront à la hauteur de l’agression dont elle se rend coupable ».

Reporterre a interrogé l’Élysée, ainsi qu’EDF et Orano, pour savoir si ces contrats sur l’uranium allaient être suspendus en réaction à l’agression russe contre l’Ukraine. Orano nous a répondu qu’ils ne pouvaient donner suite pour l’instant, étant dans une « quiet period » (période calme).

Publié le 24 février 2022 à 17h58, mis à jour le 24 février 2022 à 18h30

Photo en titre : Usine de retraitement de La Hague, en 2008, alors Areva. – Wikimedia Commons/CC BY-SA 2.0 FR/Jean-Marie Taillat

https://reporterre.net/Attaque-russe-quel-avenir-pour-l-accord-sur-l-uranium-entre-la-France-et-la-Russie

Message de Reporterrre:

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. Plus de 27 000 lecteurs financent le journal par des dons, lui permettant de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas d’actionnaire ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique. Par ailleurs, nous avons la conviction que le bouleversement environnemental est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Nous fournissons tous nos articles gratuitement, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population et les communautés, et s’engager. Tout le monde peut bénéficier d’un accès libre à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner