POMPILI FUSTIGE LA GESTION DU PARC NUCLÉAIRE D’EDF

(Montel) La ministre française de la Transition écologique, Barbara Pompili, a vivement critiqué vendredi les arrêts de réacteurs nucléaires qui privent EDF de « très gros profits » dans le contexte de flambée des prix de l’électricité.

« Si EDF avait mieux géré son parc nucléaire, aujourd’hui, EDF ferait des profits très, très importants », a-t-elle déclaré devant une commission parlementaire.

La ministre a souligné que « près de la moitié du parc nucléaire était arrêtée » pour des opérations de maintenance « tout à fait normales et prévues » mais aussi pour des problèmes de corrosion de réacteurs « vieillissants ».

« Le plus gros manque à gagner d’EDF est dû au fait qu’EDF ne produit pas suffisamment d’électricité en ce moment alors que les prix sont au plus haut », a-t-elle insisté.

Elle a rappelé que l’électricien public, détenu à 84% par l’État, estimait le coût de la baisse de sa production nucléaire, attendue à 295-315 TWh cette année, à EUR 16 milliards.

Un total de 26 réacteurs sur 56, soit 29,5 GW sur 61,4 GW (48%) étaient à l’arrêt vendredi. La France devait importer 8,2 GW pour faire face à une vague de froid, selon les données de transparence et celles d’Energy Quantified (EQ), une société de Montel.

Mme Pompili attend pour la fin mai les conclusions d’un audit indépendant sur les moyens d’augmenter la production nucléaire, qu’elle a commandé à EDF.

Pour sécuriser l’approvisionnement électrique « l’automne et l’hiver prochain », le gouvernement a demandé au gestionnaire de réseau RTE d’actualiser ses prévisions saisonnières, a rappelé la ministre.

Ces projections pourraient l’amener à décider « dans les prochaines semaines » de rouvrir pour l’hiver la centrale à charbon Émile Huchet (618 MW) de St-Avold, dans l’est du pays.

Cette installation a fermé « définitivement » jeudi dans le cadre de la sortie du charbon pour réduire les émissions de CO2 de la France.

Sensibilisation

Par ailleurs, le gouvernement va lancer une campagne de sensibilisation des Français aux économies d’énergie, a annoncé la ministre. Cela pourrait se faire en mai, après l’élection présidentielle, a-t-elle précisé.

La France examine également des mesures pour augmenter son approvisionnement gazier, notamment sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL), dont une partie provient du gaz de schiste aux États-Unis.

Cependant, Barbara Pompili a exclu de revenir sur l’interdiction de la fracturation hydraulique en France. « Nous n’allons pas commencer à produire du gaz de schiste en France alors que nous voulons baisser notre dépendance au gaz », a-t-elle conclu.

Par Sophie Tetrel, publié le 1er avril à 15h00

https://www.montelnews.com/fr/news/1310538/pompili-fustige-la-gestion-du-parc-nuclaire-dedf