NUCLÉAIRE: UNE PUBLICITÉ D’ORANO SUR LE RECYCLAGE ÉPINGLÉE

Une publicité du groupe nucléaire Orano a été épinglée par le Jury de déontologie publicitaire pour des affirmations sur le recyclage «de nature à induire en erreur le public», à la suite d’une plainte de l’ONG «Sortir du nucléaire», a annoncé cette dernière mercredi.

Le litige porte sur deux publicités parues dans le journal Le Monde sous forme de bande dessinées. L’une présente un «caillou» d’uranium capable de lutter contre le dérèglement climatique, tandis que l’autre vante les mérites du recyclage nucléaire.

Dans un avis publié par le Réseau Sortir du nucléaire, le jury ne trouve rien à redire à la première publicité mais épingle en revanche la seconde. Elle «présente de façon tendancieuse l’état et les perspectives de l’activité de recyclage des sous-produits de la combustion nucléaire» et se trouve «donc de nature à induire en erreur le public», selon le texte, qui fait écho à des décisions semblables sur le sujet en 2020.

Controverse sur le recyclage

Le jury critique notamment l’affirmation d’Orano selon laquelle «aujourd’hui, nous sommes déjà capables de réutiliser 96 % des matières recyclables d’un combustible qui à la base est complètement usé». Les auteurs notent que la combustion nucléaire produit bien 96% de sous-produits considérés comme des matières nucléaires «susceptibles d’être réutilisées afin de produire de nouveau du combustible».

Mais en réalité seuls 1% sont effectivement retraités actuellement pour produire du combustible appelé Mox, tandis que les 95% restants (uranium de retraitement ou URT) sont actuellement stockés en attendant une éventuelle valorisation. Le jury note au passage que «seuls des opérateurs étrangers, en particulier russes, sont en capacité de procéder à ces opérations d’amont nécessaires au recyclage».

Contacté par l’AFP, Orano a réaffirmé «très clairement que 96% du combustible nucléaire est effectivement recyclable». Cet uranium «a été recyclé par le passé» et «va à nouveau l’être à partir de 2023, du fait de l’augmentation du prix de l’uranium», affirme l’entreprise.

En France, EDF recyclait son uranium usé entre 1994 et 2013. L’électricien avait ensuite cessé mais a depuis relancé un projet de filière de réutilisation. L’avis a été notifié aux parties mais n’a pas encore été officiellement publié car elles disposent d’un délai de 15 jours pour formuler une demande de révision, a indiqué à l’AFP l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), à laquelle est associé le Jury de déontologie.

Par Le Figaro, publié le 20 avril 2022 à 19h17

Photo en titre : Le litige porte sur deux publicités parues dans le journal Le Monde sous forme de bande dessinées. ERIC PIERMONT / AFP

Pour retrouver et écouter cet article (2mn31s), cliquer sur :

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/nucleaire-une-publicite-d-orano-sur-le-recyclage-epinglee-20220420

NDLR: nous vous conseillons de lire sur le même sujet l’article publié par le réseau sortir du nucléaire: https://www.sortirdunucleaire.org/Orano-epinglee-pour-communication-mensongere-dans