GUERRE EN UKRAINE : LA TÉLÉVISION RUSSE SIMULE UNE ATTAQUE NUCLÉAIRE CONTRE PARIS, LONDRES ET BERLIN

Plusieurs médias pro-Poutine ont évoqué sans complexe une troisième guerre mondiale en diffusant une carte d’attaques nucléaires russes sur trois capitales européennes

L’image fait froid dans le dos. Elle rappelle les heures les plus sombres de l’Europe. Sur la chaîne publique russe Rossiya-1, une carte sur la portée d’un missile intercontinental russe a été diffusée jeudi 28 avril et relayée sur les réseaux sociaux. On y aperçoit les villes de Paris, Londres et Berlin visées par des missiles nucléaires tirés depuis la Russie. Ce missile appelé Sarmat, surnommé Satan 2 en Occident, pourrait atteindre Berlin en seulement 106 secondes depuis Kaliningrad et Paris et Londres en 200 secondes.

« Un Sarmat et le Royaume-Uni n’existe plus »

En début de semaine, la Russie avait averti du danger « réel » que la guerre en Ukraine dégénère en troisième guerre mondiale. « Le danger est grave, il est réel, on ne peut pas le sous-estimer », avait déclaré le diplomate russe Sergueï Lavrov. Depuis cette déclaration, les médias russes proches du Kremlin ont emboîté le pas en débattant sans complexes des possibilités d’une nouvelle guerre mondiale. « Un Sarmat et le Royaume-Uni n’existe plus », lâche un expert sur la chaîne russe. « Le Royaume-Uni a aussi des armes nucléaires. Personne ne survivrait à cette guerre » tempère un autre invité de l’émission.

Sur le même sujet:  : Russie et menace nucléaire : qu’est-ce que Satan 2, ce missile capable de raser un territoire grand comme la France ?

10 000 kilomètres d’autonomie et capable de raser un territoire comme la France. « Satan 2 » est le missile nucléaire le plus puissant jamais conçu

La veille, Margarita Simonian, la directrice de la chaîne Russia Today, avait évoqué sur l’autre chaîne Rossiya-1 que « la possibilité d’une troisième guerre mondiale est plus réaliste ». « Soit nous perdons en Ukraine, soit la troisième guerre mondiale commence », avait-elle déclaré.

Coup de bluff ?

Volonté réelle d’escalade ou simple coup de bluff de la part de la Russie ? Pour Olivier Schmitt, directeur d’études et professeur à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), cette communication de journalistes et de médias proches du Kremlin est « une manière d’intimider l’Occident ». « Comme la Russie n’atteint pas ses objectifs militaires en Ukraine, elle cherche à empêcher les livraisons d’armes qui changent fortement le rapport de force sur le front », affirme-t-il dans L’Express. « Agiter la perspective d’une troisième guerre mondiale est stratégique », poursuit-il.

Même avis pour Pierre Servent, spécialiste des questions de défense et de stratégie militaire. « Je considère que c’est un aveu de faiblesse de la part de la structure du Kremlin. Quand on regarde la séquence sur les 60 jours, chaque fois qu’il (Vladimir Poutine) prend un coup dur, paf, vous avez une déclaration sur le nucléaire, sur la troisième guerre mondiale… », a-t-il déclaré sur France Inter mercredi.

D’autant que le missile Sarmat, évoqué par la chaîne Rossiya-1, est développé pour remplacer ses équivalents datant de l’ère soviétique et que ce missile est aujourd’hui toujours en phase de test. Le 20 avril, Moscou avait annoncé avoir mené avec succès un premier tir d’essai depuis l’aire de lancement de Plessetsk, jusqu’à Kamtchatka, à plus de 5 000 kilomètres.

Par SudOuest.fr, publié le 01/05/2022 à 12h14

Photo en titre : La chaîne russe a diffusé une infographie d’une attaque nucléaire russe en Europe. © Crédit photo : Capture écran Rossiya-1

Recevez la newsletter La Matinale

Inscrivez-vous à la newsletter La Matinale pour ne plus manquer une seule information importante.

Pour retrouver cet article et la vidéo (1mn14s), cliquer sur: https://www.sudouest.fr/international/europe/ukraine/guerre-en-ukraine-la-television-russe-simule-une-attaque-nucleaire-contre-paris-londres-et-berlin-10783418.php