REMANIEMENT MINISTÉRIEL : DES NÉOPHYTES À L’ÉCOLOGIE

Les visages du ministère de la Transition écologique changent. À la suite de la défaite aux élections législatives d’Amélie de Montchalin, le président de la République a profondément remanié l’équipe en charge de l’écologie. Les nouveaux venus, relève Actu-environnement, sont pour le moins novices en la matière.

Le locataire de l’Hôtel de Roquelaure, Christophe Béchu, sera épaulé dans ses missions par deux ministres délégués : Clément Beaune, chargé des transports, et Olivier Klein, en charge de la ville et du logement. Tout comme l’ancien maire d’Angers, ces deux nouveaux venus ne brillent pas par leur engagement écologique.

« Chouchou du président »

Âgé de 40 ans, diplômé de l’ENA et de Sciences Po Paris, Clément Beaune a été le conseiller spécial d’Emmanuel Macron sur les questions européennes, puis conseiller G20. Rôle qui lui a permis d’acquérir un statut « quasi officiel de chouchou du président », selon Le Monde. Nommé secrétaire d’État chargé des Affaires européennes en juillet 2020, il est resté quelques semaines ministre délégué chargé de l’Europe dans le premier gouvernement Borne.

Âgé de 55 ans, Olivier Klein a été élu maire de Clichy-sous-Bois en 2011. D’abord membre du Parti communiste français, puis du Parti Socialiste, il s’est progressivement rapproché de La République en marche jusqu’à signer, en novembre 2021, un appel pour la réélection d’Emmanuel Macron.

Bérangère Couillard, 35 ans, entre également au gouvernement en tant que secrétaire d’État chargée de l’écologie. La Rennaise a travaillé durant une dizaine d’années dans le privé (Neuville Chocolat Français, IKKS), avant d’être élue députée (LREM) en 2017. Sous la précédente mandature, Bérangère Couillard avait siégé à la commission du développement durable, et avait été corapporteure de la loi d’orientation des mobilités. Lors du vote sur la réintroduction des néonicotinoïdes, en 2020, la députée s’était abstenue.

Un chargé de la mer qui n’a jamais travaillé sur ces questions

Le secrétariat d’État chargé de la mer (placé sous l’autorité directe d’Élisabeth Borne) est confié à Hervé Berville, député des Côtes-d’Armor et ancien porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale. Natif du Rwanda, il n’a jusqu’à présent jamais travaillé sur les questions maritimes. Lors de la passation de pouvoirs, il a expliqué souhaiter « défendre les intérêts de nos pêcheurs » en agissant « face à la hausse des prix du carburant », parvenir à une « gestion durable des ressources marines » et s’attaquer à « la question des pollutions ». Il a également exprimé son souhait de développer les énergies marines renouvelables.

Dominique Faure, du Parti radical, se voit quant à elle confier le secrétariat d’État à la ruralité, tandis que Caroline Cayeux, maire (divers droite) de Beauvais devient ministre déléguée chargée des collectivités territoriales auprès du ministre de l’Intérieur et de la Transition écologique.

Publié le 5 juillet 2022 à 14h57

Photo en titre : Christophe Béchu, Caroline Cayeux, Olivier Klein, Clément Beaune, Bérangere Couillard et Dominique Faure à Paris le 4 juillet 2022. – © Emmanuel Dunand / AFP

https://reporterre.net/Remaniement-ministeriel-des-neophytes-a-l-ecologie?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

NDLR: encore 5 ans de perdus pour l’écologie!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Merci Macron.

Note de Reporterre

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. Plus de 27 000 lecteurs financent le journal par des dons, lui permettant de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à beaucoup d’autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaire ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Nous fournissons tous nos articles gratuitement, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population et les communautés, et s’engager. Tout le monde peut bénéficier d’un accès libre à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner