«

»

Juin 11

COMMENT FAIRE LA LUMIÈRE SUR LA DISSUASION NUCLÉAIRE ?

lumièreJean-Marie Collin, chercheur et membre d’Initiative pour le désarmement nucléaire, invité du Mouvement de la Paix pose les enjeux.

Briser une sorte de loi du silence autour des armes nucléaires stockées sur la Base aérienne d’Istres (13) et, plus largement, s’interroger sur cette fameuse notion de « dissuasion nucléaire » qui semble admise sans véritable débat : c’était l’objectif du Mouvement de la paix, organisateur d’une conférence animée mardi par Jean-Marie Collin, chercheur au Grip (Groupe de recherches et d’information sur la paix et la sécurité).

Alors qu’une convention d’interdiction des armes nucléaires sera en discussion à l’ONU en juillet, « avec de grandes chances d’aboutir à un accord entre 130 états », la France ne sera pas de la partie. « C’est anormal que la France boude les Nations Unies et adopte la même position que la Corée du Nord, la Chine et les États-Unis dont on dénonce les politiques à tout va », s’insurge Jean-Marie Collin qui déplore que la « France pratique la politique de la chaise vide alors qu’elle met en avant sa grandeur et son respect de la diplomatie, on aimerait que M. Macron envoie des diplomates, au moins pour écouter ». Les signes donnés par le nouveau président, dès l’investiture, ne sont pas rassurants, dans ce domaine non plus. La France est aujourd’hui « la première puissance nucléaire en Europe alors que certains pays comme la Suède ou le Kazahstan ne possèdent plus d’armes de ce type, le cas le plus connu est celui de l’Afrique du Sud qui, quelques mois avant 1989, a décidé d’éliminer son arsenal nucléaire », précise le chercheur, engagé dans l’Initiative pour le désarmement nucléaire (IDN), avec l’ancien ministre socialiste Paul Quilès. Pire, on annonce « une hausse de 7 milliards du budget de la dissuasion, ce qui représente presque le budget de la Jeunesse ». 

Pas de vrai débat sur le nucléaire militaire

Si les essais ont été abandonnés, ce que l’on pourrait appeler l’addiction de la France aux armes nucléaires vient de loin, du contexte de la Guerre froide. Jean-Marie Collin évoque les « 210 essais réalisés sur le territoire algérien jusqu’en 1966 puis sur les atolls de Mururoa et Fangatofa : le but était de tester, de perfectionner et de montrer sa puissance à un potentiel adversaire, ce sont aussi des opérations de communication ».

Ce ne fut pas sans conséquences pour les populations locales, comme l’a montré le saisissant documentaire d’Elizabeth Leuvray, At(h)ome, sur les essais en Algérie qui ont continué après l’indépendance du pays. « Des zones sont encore contaminées et des populations ont été victimes de cancers, en Polynésie, il y a eu ce qu’on a appelé « les bébés méduses », sans membres : on peut tenter de penser au choc psychique », poursuit Jean-Marie Collin. Sans aller jusqu’à ces sinistres extrémités, « des dizaines de rapports montrent qu’il y a eu des accidents », selon le chercheur. L’affaire du camion qui s’est renversé sur la Base aérienne d’Istres en 2010 (la Marseillaise s’en est fait l’écho en son temps) en fait partie. Pourtant, comme l’ont montré plusieurs interventions lors du débat avec la salle, tout se passe comme si « l’opinion publique » ne parvenait pas à se saisir de cette question. « Il y a un débat sur le nucléaire civil mais sur le nucléaire militaire, on n’arrive pas à faire bouger », remarquait Marcel Alméro, responsable du Collectif paix de Miramas.

Pour Jean-Marie Collin, « il y a une espèce de consensus national et la renommée d’Istres repose en partie sur la base, son prestige, sa technicité : on fait confiance à la sécurité militaire ». Une image qu’il illustre par le fait que la zone industrialo-portuaire de Fos est « interdite de survol, sauf aux avions militaires ». Pour (re) mettre en lumière ce dossier, il faudra certainement bien d’autres rencontres de ce type.

Article de Jean-François Arnichand

Jean-Marie Collin est l’auteur de « La Bombe, l’Univers opaque du nucléaire » / éditions Autrement/2009 et « Arrêtez la Bombe » / éditions Le Cherche Midi/ 2013.

http://www.lamarseillaise.fr/bouches-du-rhone/societe/61100-comment-faire-la-lumiere-sur-la-dissuasion-nucleaire