Août 16

50% DE NUCLÉAIRE EN 2025 : EST-CE COMPATIBLE AVEC LE PLAN CLIMAT?

50 %Le plan climat du gouvernement sorti le 6 juillet 2017 n’évoquait pas le dossier nucléaire. Ce sujet a été abordé plus tard par Nicolas Hulot lors d’une émission de radio. Il est sorti du bois, en disant tout haut ce que les spécialistes savent bien. Pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production électrique en 2025, objectif inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, votée en juin 2015, il faut fermer des réacteurs nucléaires. La Cour des Comptes en avait estimé en février 2016 le nombre à 17 (sur 58 en exploitation), chiffre que le ministre a donc rappelé.
Les « bons esprits », et les médias d’affaires (Capital, Challenges, …) se sont emparés de cette annonce pour entamer un procès en incompétence et en manque de réalisme du ministre d’État. C’est aller un peu vite en besogne et faire fi de faits incontestables.

1: L’objectif de 50% était l’une des promesses du candidat François Hollande reprise telle quelle par le candidat Emmanuel Macron.

On peut ne pas être d’accord avec cet objectif ou considérer qu’il est impossible à réaliser pour un ensemble de raisons technique, économique, climatique et sociale (voir point 3 ci-après). Il n’en reste pas moins qu’il a été adopté sans réserve dans le cadre de sa campagne par l’actuel Président de la République, qui s’est en outre positionné en première ligne sur le registre des promesses tenues et du langage de vérité, qualités fondamentales de la reconstruction politique et démocratique qu’il dit vouloir mener. Nicolas Hulot en rappelant les conséquences de cet objectif fait son travail, et le fait courageusement. Il s’inscrit pleinement dans la ligne du Président de la République. Peut-on lui reprocher ? Le nucléaire devrait-il une fois de plus faire exception ?

2: Un calcul simple, partant d’hypothèses raisonnables relatives à la production et à la consommation d’électricité, montre que contrairement aux propos clairement « idéalistes » pour ne pas dire plus d’Henri Proglio, alors président d’EDF, cet objectif est inatteignable sans cesser d’utiliser l’équivalent de 15 à 20 tranches. Pour faire simple [1] on peut considérer en première approximation :

  • que la consommation d’électricité d’ici là sera en gros constante (les gains en termes d’économie d’énergie y compris d’électricité étant compensés par les transferts d’usage vers l’électricité) ; parier sur une reprise massive de cette consommation c’est refuser de voir les faits, montrés par les courbes ci-après. C’est ne pas tenir compte de l’avis des meilleurs spécialistes en la matière, RTE, dont l’une des responsabilités est d’assurer seconde après seconde de l’équilibre offre demande d’électricité qui anticipe une orientation à la baisse de nos besoins d’électricité dans son dernier bilan prévisionnel (la voyant passer de 479 TWh en 2015 à 471 TWh en 2021).
  • que l’export est constant, hypothèse prudente, car on ne pourrait exporter beaucoup plus que si nos voisins ont besoin d’importer ce qui est loin d’être évident dans un contexte de surcapacités de production d’électricité.

Sous ces hypothèses, passer de 75% à 50 % de production d’origine nucléaire, c’est réduire d’un tiers la production du parc actuel qui comporte 58 réacteurs, soit en ordre de grandeur (car les réacteurs n’ont pas toute la même puissance et ne produisent pas tous avec la même disponibilité) de 58/3= 19

Si l’on suppose qu’on fera un peu moins d’export ou qu’on produira un peu plus et si on tient compte de la diversité du parc, il est clair que la fourchette 15-20 reflète l’ordre de grandeur

NB Le nombre exact de tranches qui serait à fermer dans ce scénario hypothétique est cependant difficile à déterminer sans un modèle précis : il faudrait tenir compte du montant des exportations, de la puissance installée effectivement en EnR variables, de l’hydraulicité, de la disponibilité exacte des centrales nucléaires dont certaines seront en cours de grand carénage, d’autres seront sous contrôle ASN et d’autres pourraient tourner au ralenti et pour finir des services systèmes (chauffe-eau , batteries, dispositifs d’effacements etc.) qui seront disponibles alors.

3: Pour autant cet objectif est en fait impossible à tenir « en même temps » que les autres objectifs du plan climat, pour deux raisons. D’une part le nucléaire émet peu de CO2 (en ordre de grandeur 10 grammes de CO2 par kWh, soit 40 fois moins que le gaz et 100 moins que le charbon). D’autre part la montée en puissance des EnR électriques est trop lente pour qu’en 2025 elle puisse prendre la place que le nucléaire aurait laissée (environ un tiers de 420 TWh, soit 140 TWh) plus celle qu’elles occupent en ce moment (en 2015 un peu moins de 100 TWh (dont l’hydroélectrique assez stable en moyenne représente 58,7 TWh soit 60%). Il faudrait qu’elles passent au total de 100 à 240 TWh, d’ici 2025. Elles ne croissent en ce moment que de 3 à 4 TWh par an [2]. Certes il est possible d’accélérer le rythme et c’est le souhait de beaucoup d’acteurs et du gouvernement mais le multiplier par plus de 5 semble très difficilement atteignable, du fait des difficultés rencontrées sur le terrain.

Donc, pour tenir l’objectif de 50% en 2025, il faudra faire tourner des moyens fossiles (ou dans le « meilleur des cas » réduire fortement nos exportations/ augmenter nos importations ce qui conduira à faire tourner les moyens fossiles de nos voisins), donc augmenter le poids carbone de notre électricité et augmenter nos émissions de GES, toutes choses égales par ailleurs.

4: Il faudra donc abandonner un, deux ou trois des objectifs de la loi de transition énergétique : soit le 50% soit le 2025 soit les deux, soit l’objectif climat. Et par ailleurs assumer les coûts de l’option choisie.

Les diverses positions dans l’échiquier politique peuvent se résumer à trois familles de pensée :

A- le nucléaire est inacceptable et doit être fermé au plus vite

B- le nucléaire est une bonne solution, voire la solution de référence pour produire de l’électricité (tant en termes d’efficacité, de coût que d’émissions de CO2)

C- le nucléaire est une solution qui présente suffisamment d’inconvénients pour devoir être challengé et pour qu’il ne faille pas s’y enfermer et s’imposer de ménager des alternatives et refuser l’irréversibilité. Pour autant l’objectif climat ne peut être abandonné.

La famille A est prête à abandonner l’objectif climat et à assumer les coûts élevés d’une fermeture dirigiste et trop rapide du nucléaire.

La famille B est prête à abandonner l’objectif de 50% soit à le décaler à 2050, c’est la position qui semble celle d’ EDF actuellement.

La famille C est prête à décaler l’objectif 2025 de quelques années (disons à 2030-2035), en fonction de la trajectoire de montée en puissance des EnR électriques et de baisse de la consommation d’électricité.

5: Contrairement à une idée reçue, la famille B ne peut s’autoproclamer championne de la rationalité. L’état du parc nucléaire est considéré par l’ASN comme bon mais dans un contexte préoccupant, sa disponibilité « sous-optimale ». Il va falloir investir beaucoup d’argent dans le cadre du grand carénage pour le remettre à niveau [3]. Les multiples déconvenues de Flamanville sont bien connues car ce chantier fait travailler beaucoup de monde…Il est fréquent que de nouveaux projets soient deux à trois fois plus coûteux que leur devis d’origine, mais Flamanville est sur le point de battre des records (délai et budget chacun multiplié par 3 ; la production à pleine puissance ne peut s’envisager avant mi 2020). Le chantier d’Hinkley Point, qui a vu naître des oppositions fortes au sein même d’EDF et a en particulier provoqué le départ de son directeur financier, Thomas Piquemal en 2016, connaît déjà un dérapage dont il faut être bien optimiste pour penser que ce sera le seul. Son financement très lourd pèse sur l’entreprise et il a obtenu de la part du gouvernement anglais des conditions très exceptionnelles (une garantie de prix à 92.5 livres sterling le MWh, soit plus de 100 euros) non reproductibles, voire pas tenables sur la durée de vie du projet, tant les coûts des alternatives renouvelables baissent. L’avenir de l’EPR n’est malheureusement pas assuré avec trois contre-références et bientôt 4… La gestion des déchets, après des décennies d’études et d’investissement n’est toujours pas clarifiée, et manifestement s’apprête elle aussi à être coûteuse. La situation financière d’EDF est difficile, encore plus après la reprise d ‘AREVA qui lui a été imposée. Le coût du nucléaire « amorti » est certes bas, mais le coût futur ne l’est pas, et, vu d’aujourd’hui de l’ordre de ses concurrents EnR , même y compris coûts système [4]. Enfin de nombreux acteurs (et de nombreux emplois) sont parties prenantes aux activités qui entrent de fait en compétition avec le nucléaire : l’efficacité énergétique et les EnR.

Il est donc pour le moins léger de considérer que Nicolas Hulot tient un discours empreint d’idéologie. Si dogmatisme il y a, c’est certainement au sein de la famille 2 qui ne prend pas en considération avec le sérieux qui s’impose les inconvénients du nucléaire.

6: Que faire ? Il est en fait assez facile de trouver une solution rationnelle à cette apparente quadrature du cercle. Il suffit de trouver une trajectoire qui donne suffisamment de temps à la baisse relative du nucléaire pour qu’elle ne soit pas trop coûteuse sur les trois plans, économique, social et climatique. Les travaux récemment lancés dans le cadre de la révision de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie d’une part et les avis de l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’autre part permettront de boucler le dossier, en créant de la visibilité pour tous les acteurs impliqués. C’est clairement une attente majeure de ce quinquennat. Les autres incertitudes relatives la politique énergétique seront alors levées et nous aurons enfin un cadre clair et mobilisateur.

L’examen partagé de la question de la part relative du nucléaire va prendre un peu de temps. Il permettra d’éclairer les autres questions posées par le nucléaire et qui ne sont pas non plus anecdotiques. En tout premier il est essentiel au vu des déconvenues de l’EPR de prendre le temps d’en tirer les leçons et d’en finir avec l’aventurisme. Laisser du temps au temps, c’est aussi permettre d’envisager un éventuel nouveau design et d’en connaître avec solidité les perspectives de coût. Ensuite de nombreuses autres questions doivent trouver une réponse publique : le nucléaire militaire a-t-il besoin du nucléaire civil (pour modéliser les impacts d’une explosition qu’on ne peut tester en vraie grandeur), quel est l’avenir du Mox, du stockage, quelles sont les finalités et les vrais coûts des investissements dans le réacteur de 4 ème génération Astrid, dans la fusion (Iter). Ces dépenses sont-elles légitimes quand l’heure est aux économies tous azimuts ?

Souhaitons simplement que les caricatures et postures actuelles soient abandonnées pour un peu de sérieux. Aujourd’hui il est certainement du côté du ministre d’État.

Alain Grandjean

Cet article a été initialement publié sur le blog de l’auteur, qui nous a autorisés à le reproduire ici.

Notes :

[1] Une démonstration un peu plus élaborée a été faite sur ce blog en 2016, elle reste d’actualité,voir : https://alaingrandjean.fr/2016/01/11/50-de-nucleaire-en-france-un-objectif-realiste/

[2] Étaient installés, au 1er janvier 2016, 10,3 GW d’éolien et 6,1 GW de solaire avec des facteurs de charge moyens respectifs de 24% et 15%. Pour situer les ordres de grandeur rappelons qu’il se développe aujourd’hui par an en ordre de grandeur 1 GW d’éolien terrestre, et 1 GW de solaire, soit une production potentielle d ‘environ 3 TWh annuels.

[3] La Cour des comptes a estimé la facture à 100 Milliards d’euros (voir son rapport 2016 sur : https://www.ccomptes.fr/fr/publications/rapport-public-annuel-2016).

[4] Voir l’annexe  « coût de production tout compris de moyens ENR neufs » sur ce sujet sensible en cliquant sur : https://alaingrandjean.fr/wp-content/uploads/2017/07/cout-enr.pdf