Juil 16

ÉTIENNE AMBROSELLI, L’AVOCAT MALGRÉ LUI DES ANTINUCLÉAIRES

Spécialiste du droit des installations nucléaires, Étienne Ambroselli est un avocat atypique, aussi surnommé l’avocat des zadistes pour son engagement contre le projet d’enfouissement Cigéo à Bure (Meuse). Mis en cause dans une enquête, il a pu bénéficier de l’appui du barreau. Portrait.

La journée avait bien mal commencé avec une garde à vue, une perquisition à son domicile et la saisie de son matériel informatique. Ce mercredi 20 juin, l’avenir professionnel d’Étienne Ambroselli, l’avocat des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), s’annonce sombre. Seul un message d’amour au mur de sa cellule le réconforte. Mais cet avocat de 42 ans, père d’un enfant, ne se fait pas d’illusions. Il risque une mise en examen. Et sans son téléphone et ses ordinateurs, impossible de continuer à exercer. Un potager, du violoncelle, son instrument de prédilection, ou encore de la peinture : l’avocat réfléchit sérieusement à sa reconversion.

Pourtant, vous n’avez sans doute pas fini d’entendre plaider dans les palais de justice ce grand échalas d’un mètre quatre-vingt-quinze aux cheveux clairsemés. Car l’arrestation de l’avocat va susciter la bronca des robes noires (v. Dalloz, 22 juin 2018, art. T. Coustet ; ibid., 25 juin 2018, art. M. Babonneau.

Le juge des libertés et de la détention donnera raison aux avocats, jugeant la saisie « indistincte » et portant une atteinte injustifiée et démesurée au libre exercice de la profession d’avocat. « J’ai été très touché par le fait que le barreau se mobilise, explique à Dalloz actualité Étienne Ambroselli, tout vêtu de noir, attablé dans un café à proximité de son cabinet, dans le IXe arrondissement de Paris. On voulait me couper la langue et m’empêcher de travailler. Cette décision courageuse trace une ligne rouge et met un coup d’arrêt à cette dérive. »

Un avocat atypique

Si ce soutien lui fait autant chaud au cœur, c’est peut-être qu’il n’en espérait pas tant. Étienne Ambroselli est un avocat atypique, en marge d’une profession qu’il pratique de manière non orthodoxe. « Il n’a pas eu la vocation dans sa forme traditionnelle, commente Me Charles Amson, un ami d’enfance. Pendant nos études à Assas, ce n’était pas un étudiant très conformiste. Il allait peu en cours, mais se débrouillait toujours pour obtenir ses examens sans trop de difficultés. » Pas accro au barreau, Étienne Ambroselli a déjà arrêté de plaider pendant deux ans pour se consacrer à la musique et à l’enseignement. Décroissant, il ne se soucie pas d’être payé. « Je ne suis pas attaché à ce métier sauf quand je constate que cette profession m’aide à penser, à communiquer avec d’autres personnes et à vivre des expériences extraordinaires », explique la robe noire.

Aujourd’hui, Étienne Ambroselli conseille le réseau Sortir du nucléaire et des « hiboux », le nom de ces militants opposés au projet Cigéo à Bure. Il bataille contre le projet immobilier EuropaCity en Île-de-France ou encore défend un « Anonymous », un pirate informatique soupçonné d’avoir mené une action en 2015 contre le site internet du ministère de la défense pour « venger » Rémi Fraisse, ce botaniste décédé sur le chantier controversé du barrage de Sivens (Tarn). Enfin, membre du syndicat des avocats de France, il travaille à la mise en place d’une commission « environnement-santé ».

Cette vocation pour la défense de l’environnement est venue en deux temps. D’abord, un grave accident de voiture, en 2000, puis la paternité, en 2002. Deux événements qui lui font prendre conscience de l’impérieuse nécessité d’agir. « Il faut perdre l’idée que l’on puisse être tranquille, c’est une course permanente », avertit-il. Un master en droit de l’environnement et un mémoire sur le droit des installations nucléaires de base dans sa poche, il devient l’un des spécialistes de ce thème défriché notamment par l’avocate Corinne Lepage.

Mais Étienne Ambroselli ne se contente pas d’éplucher le droit de l’eau ou le droit forestier. Il investit le droit pénal, pour défendre des militants ou pour attaquer, en citant à comparaître l’électricien EDF ou le CEA. En 2015, il rejoint les opposants au projet Cigéo à Bure. « Nous sommes une équipe juridique pléthorique, nous faisons des réunions et de nombreuses actions, au point que l’autre partie parle de guérilla juridique », commente-t-il.

Son expertise est aujourd’hui saluée. « Étienne Ambroselli a obtenu des décisions qui gênent l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs », précise à Dalloz actualité Me Guillaume Tumerelle, soutien de la première heure avec sa pétition dénonçant la garde à vue de son confrère. Mais n’allez pas croire que l’avocat a le nez en permanence dans ses codes. « Je pétris du pain et observe des oiseaux : cela nourrit ma plaidoirie, remarque Étienne Ambroselli. L’avocat ne peut pas être enfermé dans son bureau, il faut être sur place pour voir les dégâts et aimer défendre tout ce qui vit dans un bois. » À Bure, Étienne Ambroselli a lui aussi acheté un terrain. Une évidence pour ce juriste qui ne s’envisage pas avocat sans cause.

https://www.dalloz-actualite.fr/flash/etienne-ambroselli-l-avocat-malgre-lui-des-antinucleaires#.W0xMm7gyWUl