BERLIN PAIE € 2,8 MILLIARDS POUR SORTIR DU NUCLÉAIRE

Pour la fermeture définitive des centrales nucléaires sur son sol, le gouvernement allemand va indemniser avec un chèque de € 2,8 milliards les propriétaires EnBW, Eon, RWE et Vattenfall.

En 2016, la cour constitutionnelle avait statué que la décision de Berlin de sortir du nucléaire était légale. Il ne restait qu’à trouver une compensation financière assez élevée pour satisfaire les actionnaires des quatre compagnies.

Ainsi Vattenfall recevra € 1,43 milliard, 880 millions pour RWE, 80 millions pour EnBW et 42,5 millions pour Eon. Les aides financières pour RWE et Vattenfall servent à compenser l’électricité qui ne pourra plus être produite. Pour EnBW et Eon, la compensation couvrira les frais engagés en 2010 pour étendre la durée de vie des centrales.

La fermeture des 17 centrales Allemandes d’ici à 2022 avait été actée après la catastrophe de Fukushima en mars 2011. Ce montant met un terme aux disputes engagées par les propriétaires de centrales. De son côté, Vattenfall avait trainé le gouvernement Allemand devant le Centre de dispute (International Centre for Settlement of Investment Disputes) basé à Washington, USA pour un montant de € 5 milliards.

Et pour le charbon

D’ici à 2040, l’Allemagne va également sortir du charbon et les défraiements prévus pour les propriétaires de centrales se montent à € 38 milliards.

Ces montants intéressent les fonds d’investissements étrangers, qui voient une opportunité d’acheter ces centrales afin de bénéficier des retombées financières prévues pour les fermetures.

Par Laurent Horvath, publié le 9 mars 2021

Géo-économiste des énergies, Laurent Horvath, propose des analyses et des réflexions qui vont au-delà de la simple information dans le monde passionnant du pétrole, du gaz, du nucléaire, du charbon et des énergies renouvelables. Il est le fondateur du site indépendant 2000Watts.org qui n’accepte ni publicité, ni sponsors ou influence politique.

https://blogs.letemps.ch/laurent-horvath/2021/03/09/lallemagne-paie-e-28-milliards-pour-sortir-du-nucleaire/