NUCLÉAIRE : À NARBONNE, L’USINE D’URANIUM, LES CANCERS DU POUMON ET DES INTERROGATIONS (2/2)

Orano Malvési est pointée du doigt. Les associations et les riverains s’interrogent suite à une hausse observée du nombre de cancer du poumon. L’industriel affirme que son activité de purification d’uranium n’a aucun impact sur la santé.

Une nouvelle fois, l’association Rubresus met les pieds dans le plat. « Va-t-on encore longtemps fermer les yeux sur la situation sanitaire environnementale à Narbonne », alerte André Bories, qui s’interroge sur le lien de cause à effet entre le nombre de cas de cancer du poumon et les rejets dans l’atmosphère de l’usine Orano Malvési (ex-Areva) de purification de l’uranium.

Ses doutes sont fondés sur les résultats de l’étude statistique de l’Agence régionale de santé (ARS) réalisée entre 2009 et 2013, publiés en 2017. « Avec 36 décès par an dus au cancer du poumon, Narbonne présente un taux standardisé 26% plus élevé que celui de la population d’Occitanie et, chaque année, 33 nouveaux malades ont été diagnostiqués », relaie-t-il.

Pour expliquer le processus chimique, l’usine s’appuie sur des échantillons. Crédits : Rémy Gabalda-ToulÉco.

Pour sa part, l’Agence régionale de santé (ARS) tient à indiquer que ces chiffres « sont stables depuis plusieurs années ». « Il ne s’agit pas d’une hausse du nombre de cas de cancer du poumon, mais d’un excédent qui se retrouve à Narbonne, à Carcassonne et dans les départements de l’arc méditerranéen (Gard et Pyrénées-Orientales) en raison des modes de vie et des comportements, liés au tabagisme et à des difficultés de précarité et d’accès aux soins », relativise Dominique Mestre-Pujol, directrice adjointe de l’ARS à Carcassonne.

Enquête épidémiologique élargie

L’industriel, lui, est catégorique : son activité n’a aucun impact sur la santé. Le groupe s’appuie sur les prélèvements que réalise chaque année son laboratoire interne : 23.000 analyses sont effectuées sur près de 5000 échantillons dans le milieu naturel en plus de 100 points géographiques répartis sur le site et dans son proche environnement.

Pour en être convaincu, Rubresus, ainsi que le collectif de riverains Colère, réclament une enquête épidémiologique élargie à tous les habitants de Narbonne. Une demande qui n’est pas à l’ordre du jour. « Aucune remontée ni signalement n’ont été opérés par les professionnels de santé du Narbonnais à ce sujet. Si tel était le cas, nous pourrions envisager, selon la procédure habituelle, une saisine de Santé Publique France pour validation et investigation du « signal » », indique pour sa part la préfecture de l’Aude.
Audrey Sommazi

Photo en titre : Vue de l’usine Orano Malvési, qui purifie un quart du minerai d’uranium mondial. Crédits : Rémy Gabalda-ToulÉco

Par Audrey Sommazi, publié le mardi 15 juin 2021 à 18h45min

https://www.touleco.fr/Nucleaire-L-usine-d-uranium-les-cancers-du-poumon-et-des,31367