ORANO : LA DÉBÂCLE NUCLÉAIRE

Le giga-projet qui sauverait Orano (ex-Areva) de la faillite et du démantèlement se dérobe.

En novembre 2019, dans le Palais du peuple à Pékin, en présence de Xi Jinping et d’Emmanuel Macron, l’usine franco-chinoise de retraitement des combustibles nucléaires usagés était presque à portée de la main, à force d’années de visites mutuelles et de courbettes d’Anne Lauvergeon, alors présidente d’Areva, l’ex-navire amiral du nucléaire français qui a fait naufrage à la fin des années 2010 après avoir joué au poker EPR.

Le contrat définitif de 20 milliards d’euros, qui permettrait à Orano de sortir la tête de l’eau et à la Chine de produire et d’accumuler du plutonium, devait être signé au plus tard le 31 janvier 2020. Mais les protocoles d’accord se succèdent et n’aboutissent pas. La Chine aimerait installer l’usine dans le désert des Ouïgours, comme la France a installé la sienne à partir de 1970 dans le désert de la presqu’île de La Hague, près de Cherbourg. Les savants du China National Nuclear Corporation (CNCC) ont à plusieurs reprises visité ce qui fut un paradis de granite et de genêts, et la Chine a désormais les moyens techniques de se lancer seule dans cette désastreuse aventure.

À LIRE AUSSI : Nucléaire : avec la méthode Orano, tout est beau

Faute de grives, Orano chasse des merles, et se contente de fabriquer les 32 assemblages de MOX (combustible mixte uranium-plutonium) commandés par le Japon pour les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Takahama. La livraison par mer devrait avoir lieu dans les mois qui viennent. Orano court aussi après des oiseaux exotiques. Des sollicitations en provenance du Japon, du Canada et d’autres pays non dévoilés lui font miroiter de nouveaux marchés de niche. « Pour répondre aux nouveaux besoins de nos clients, nous souhaitons étendre la gamme de combustibles pouvant être traités dans nos installations », dit Orano. Une enquête publique devrait avoir lieu à la rentrée en vue de modifier les décrets d’autorisation de l’usine de La Hague.

Par Jacky Bonnemains, mis en ligne le 20 août 2021, paru dans l’édition 1517 du 18 août

Photo en titre : L’usine de retraitement nucléaire chinoise serait construite sur le modèle de celle de La Hague (photo), dans la Manche. | ARCHIVES BENOIT TESSIER

https://charliehebdo.fr/2021/08/ecologie/debacle-nucleaire/