UN DÉFAUT DE SURVEILLANCE SUR UN RÉACTEUR DE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE CHOOZ

L’Autorité de sûreté nucléaire vient de classer un incident survenu à la centrale nucléaire de Chooz au niveau 1 sur 7 de l’échelle internationale des évènements nucléaires. Le système chargé de surveiller la puissance du réacteur numéro 1 est resté mal calibré pendant plusieurs jours.

Mi-octobre, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Chooz a continué de fonctionner alors que le système chargé de surveiller sa puissance (RPN) était mal réglé. En cas d’élévation anormale du flux de neutrons, c’est ce détecteur qui déclenche les alarmes et place le réacteur automatiquement en protection. 

Dans son avis d’incident, l’Autorité de sûreté nucléaire précise que l’évènement « n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement » mais « aurait pu engendrer une mauvaise détection d’une anomalie dans la distribution de la puissance du réacteur« .

Un problème détecté tardivement

Si le système de mesure de la puissance nucléaire du réacteur numéro 1 était mal calibré, c’est parce que les essais qui permettent de le paramétrer tous les 60 jours ont été réalisés avec quatre jours de retard, le 13 octobre 2021. Un retard dont EDF ne s’est rendu compte que le 21 octobre. 

À lire aussi :  Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Chooz a redémarré

L’Autorité de sûreté nucléaire a classé cet incident au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires, soit au rang d' »anomalie ». Cette échelle INES classe les événements de 0 à 7, par ordre croissant de gravité. 

Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu, publié le lundi 8 novembre 2021 à 17h01

Photo en titre : Salle des commandes de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes), 23 mai 2019. © Radio France – Alexandre Blanc

https://www.francebleu.fr/infos/environnement/un-reacteur-de-la-centrale-nucleaire-de-chooz-est-reste-sans-garde-fou-pendant-plusieurs-jours-1636386869