CENTRALE NUCLÉAIRE DE SAINT-LAURENT : NOUVEL ARRÊT AUTOMATIQUE D’UN RÉACTEUR CE VENDREDI

L’unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) s’est arrêtée automatiquement ce vendredi 31 décembre, en fin de matinée. Les motifs de cet arrêt n’ont pas encore été précisés, pas plus que sa durée.

L’un des deux réacteurs de la centrale de Saint-Laurent ne produit plus d’électricité, alors que la demande est forte en ce moment en France.

Le communiqué d’EDF est bref qui expose la situation est bref.  Le voici : « Vendredi 31 décembre à 11h05, l’unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Saint-Laurent s’est arrêtée automatiquement, conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur. Les équipes d’exploitation procèdent aux contrôles qui permettront de déterminer l’origine exacte de l’événement et de redémarrer l’unité de production en toute sûreté. L’unité de production n°2 est en fonctionnement et alimente le réseau électrique. »

Un précédent les 30 et 31 mai 2021

Ce n’est pas la première fois, loin de là, que le réacteur n°1 s’arrête automatiquement au cours de cette année 2021 sur le point de s’achever.

Cela avait déjà été le cas les 30 et 31 mai, tout d’abord en raison de la défaillance d’une vanne d’alimentation due à la détérioration d’un câble. Puis, lors du redémarrage après réparation, des algues présentes sur la paroi des tours aéroréfrigérantes avaient obstrué les filtres du circuit de refroidissement et déclenché l’arrêt automatique.

À LIRE AUSSI : Centrale de Saint-Laurent-des-Eaux : quel coût pour le projet ?

À LIRE AUSSI : Saint-Laurent : la centrale sous le feu des critiques

Un autre arrêt, toujours du réacteur n°1,  s’était ensuite produit le 1er juillet.

Ces incidents à répétition, conjugués avec d’autres anomalies avaient amenés l’Autorité de sûreté nucléaire à intervenir. Christian Ron, adjoint au chef de division de l’ASN estimait, en août dernier, qu’en ce qui concerne les arrêts automatiques constatés jusque-là, « il ne s’agit pas d’un problème de vieillissement des installations mais bien d’un manque de rigueur de l’exploitant dans la prise en compte du retour d’expérience.« 

La production électrique historiquement basse en France

À la suite de ces observations, EDF a mis en place un programme d’actions pour renforcer son plan de rigueur.

Ce nouvel arrêt, dont la durée n’est pas précisée, prive la production française d’électricité d’une capacité de 900 MW. Comme l’indique l’industriel : « un réacteur de 900 MW produit en moyenne chaque mois 500 000 MWh, ce qui correspond à la consommation de 400.000 foyers environ. »

Il s’agit donc d’une mauvaise nouvelle, alors que la production nucléaire française est à un niveau historiquement bas cet hiver. Le 17 décembre dernier, 13 des 56 réacteurs nucléaires français étaient indisponibles, principalement en raison d’opérations de maintenance ou de prolongation des installations dans le cadre du « grand carénage« .

Jusqu’à présent, la douceur de la météo a permis d’éviter des coupures ciblées. Mais jeudi 29 décembre, le Réseau de transport d’électricité (RTE) a tiré la sonnette d’alarme : l’alimentation du pays en électricité est si tendue qu’une forte vague de froid aurait des conséquences sur la distribution d’électricité. Pour l’heure, les prévisions font état d’une relative douceur jusqu’à la mi-janvier.

Publié le 31/12/2021 à 17h07, mis à jour le 31/12/2021 à 18h31

Photo en titre : Le réacteur n°1 de la centrale de Saint-Laurent s’est arrêté automatiquement ce vendredi 31 décembre. © (Photo archives NR)

https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/saint-laurent-nouan/centrale-de-st-laurent-loir-et-cher-un-reacteur-arrete-automatiquement-ce-31-decembre