NUCLÉAIRE, L’ÉNERGIE DU PASSÉ

Alors que les fervents du nucléaire s’emploient à nous faire croire que cette énergie nous serait indispensable, qu’elle serait sans danger, et que la gestion des déchets serait bientôt résolue, d’autres veulent tourner la page des énergies sales.

Car finalement, cette énergie, bientôt centenaire, a laissé s’accumuler des déchets dangereux sans qu’une solution acceptable soit trouvée.

De plus, elle nous rend dépendante en grande partie du Niger, d’où la France tire son uranium, ce qui pourrait expliquer la présence de l’armée française au Mali…et au Niger. lien

Récemment un soldat français a encore perdu la vie, le gouvernement assurant qu’il est mort pour lutter contre le terrorisme…il est le 53ème depuis 2013. Lien

Enfin, la technique utilisée dans les centrales nucléaire n’est que peu éloignée de l’invention de Denis Papin, en 1679…ce qui ne nous rajeunit pas…

En effet, un réacteur nucléaire n’est dans le fond rien d’autre qu’une cocotte-minute, qui produit de la vapeur, laquelle fait tourner une turbine qui, grâce à un alternateur, produit de l’électricité… seule l’énergie pour chauffer l’eau change, ce n’est plus du bois, du pétrole ou du charbon, mais de l’uranium. lien

Sauf que l’accident nucléaire est autrement dommageable que celui d’une cocotte-minute qui explose…remember Tchernobyl, Fukushima

Ajoutons que nos centrales nucléaires ont atteint un âge quasi canonique, alors qu’à l’origine, elles étaient prévues pour ne durer que 40 ans. lien

Celle de Bugey tourne depuis 44 ans, avec des hauts et surtout des bas…idem pour celle du Tricastin (42 ans)lien

D’autres ont dépassé depuis longtemps la barrière des 40 ans, et il n’est pas étonnant que les pannes s’y multiplient.

Le 15 janvier dernier, on ne comptait pas moins que 10 réacteurs à l’arrêt sur les 56 du territoire…limitant de 20% la capacité de production nucléaire nationale.

Pannes pour des raisons diverses, l’âge en étant le facteur principal, avec son lot de corrosions, de microfissures, mettant en danger la sécurité de tas de régions, car ces fuites se trouvent souvent sur le réseau primaire, celui qui permet de refroidir le cœur du réacteur.

Si la centrale de Bugey connait un accident nucléaire majeur, il faudrait évacuer Lyon et sa banlieue…

Un réacteur qui n’est pas refroidi suffisamment, et c’est l’accident nucléaire majeur, avec une possible fusion du cœur.

Un article paru dans Reporterre décrit avec précision la situation actuelle. lien

Et quid de cet EPR de Flamanville dont la mise en service est toujours retardée, et dont le prix atteint des sommets ? lien

Au départ, c’était 3,3 milliards annoncés…aujourd’hui, c’est 19,1 milliards, auxquels il faut ajouter 1,5 milliards pour des reprises de soudure, plus 4,2 milliards de frais financiers, pour un total définitif (?) de 24,8 milliards, ce qui met le MWh nucléaire entre 110 et 120 €…lien

Il ne faut donc pas s’étonner de l’envolée angoissante des prix de l’électricité, puisque celle-ci est d’origine nucléaire pour les ¾. lien

C’est l’occasion de contester le choix du tout électrique pour les voitures, car, ces véhicules vont provoquer la création de nouveaux réacteurs nucléaires faisant courir toujours plus de risque à la population.

D’autant que cette technologie qui n’assure qu’une faible autonomie du véhicule, ( 300 km) peut poser des problèmes en cas de bouchon sur une autoroute, en plein hiver : le conducteur devant laisser tourner le moteur pour ne pas souffrir du froid, et finira par tomber en panne, comme les autres, provoquant une situation difficile.

Et ne parlons pas de la gestion des vieilles batteries, dont la vie dépasse difficilement 8 ans, et dont le recyclage coûte « une blinde », sans oublier la pollution générée…il y aura bientôt, dès 2027, au moins 50 000 tonnes de batteries à recycler. lien

Ce qui est grave aussi, c’est que les partisans du nucléaire utilisent des arguments mensongers pour décrédibiliser les énergies propres…genre : « les éoliennes sont des hachoirs à oiseaux »…ou « toutes les énergies nouvelles sont intermittentes… » ou encore « les éoliennes abiment le paysage »…etc.

La réalité est autre.

Les éoliennes ne tuent qu’un tout petit nombre d’oiseaux, (entre 0,3 et 18,3 par éolienne et par an) alors que les lignes THT en tuent entre 130 et 174 millions. lien 

Quant à la « défiguration du paysage », on peut s’interroger sur la mauvaise foi des anti-éoliens, qui n’ont pas levé la moindre objection lorsque 100 000 pylônes THT de 55 mètres de haut ont été installés dans notre pays.

Ajoutons que ces pylônes produisent un gaz dangereux, l’ozone dite atmosphérique, et sont suspectées de provoquer des cancers par les ondes électromagnétiques qu’elles produisent, avec leur lot de migraines, nausées, vomissements, saignements de nez…etc. lien

Par contre, il est bien vrai que tant le photovoltaïque que l’éolien sont des énergies intermittentes…mais pourquoi oublier dans les énergies propres celles qui ne sont pas intermittentes, comme les pompes à chaleur, l’hydraulique, marémotrice, ou le méthane fabriqué ?

Contrairement à une opinion persistante, le méthane fabriqué ne vient pas uniquement des « bouses de vaches »…car finalement, il est produit par tout ce qui fermente : tontes de gazon, broussailles broyées, fosses septiques, zones de lagunage, pailles de refus, purin, fumier, composts... etc…lien

J’ai personnellement participé à un documentaire sur « l’abbaye du Tamié » célèbre pour le fromage du même nom. lien

Les moines devaient se débarrasser du petit lait, et pendant des années, une entreprise savoyarde s’en occupaient, et leur donnait quelques francs en échange, jusqu’au jour où ils ont demandé à être payés pour cette tâche.

Alors ils ont utilisé leur petit lait pour en extraire le méthane, produisant ainsi chaleur et électricité : 48 000 m3 de biogaz sont produits chaque année, pour une production électrique de 268 800 kWh/an. lien

Quand on songe aux milliers de coopératives laitières françaises, de fromageries, qui pourraient en faire de même…lien

Ajoutons à cette source de production de méthane, celles du fumier, du lisier de porc, et de toutes les déjections animales, et on réalise l’importance du potentiel. lien

J’ai fait la preuve que théoriquement on pourrait récupérer jusqu’à 54 MTEP (millions de tonnes équivalent pétrole) par an, avec tout le méthane productible sur le sol national, de quoi faire tourner tous les véhicules du pays, y compris les poids lourds. lien

Autre piste à explorer, l’énergie économisée : à quoi bon éclairer des immeubles de bureau toute une nuit, alors qu’ils sont inoccupés ?

Quid des réverbères intelligents qui ne s’éclaire que lorsqu’un véhicule, ou un piéton arrive ?…lien

Sans oublier les Bepos, bâtiments à énergie positive, qui produisent plus d’énergie qu’ils en consomment. Lien

L’occasion aussi d’évoquer l’énergie libre. lien

On sait les découvertes de Nikolas Tesla, mais aussi celles de Stan Meyer, qui avait réussi à séparer l’hydrogène de l’eau, et qui a été probablement assassiné comme je l’ai expliqué dans un article ancien.

J’ai le privilège de connaitre un ingénieur qui vient de finaliser une nouvelle invention qui permet la production d’une nouvelle énergie libre…il n’attend que son financement pour produire des moteurs à énergie libre.

Je proposerais sous peu un dossier complet sur cette invention qui risque d’en surprendre plus d’un, et j’ajoute que l’énergie magnétique tient pour une bonne part dans cette invention.

Comme dit mon vieil ami africain : « l’argent est comme un visiteur, il arrive aujourd’hui et demain il repart  ».

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Par Olivier Cabanel, (voir son site), publié le 24 janvier 2022

Photo en titre : LCI

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/nucleaire-l-energie-du-passe-238893