VU DU ROYAUME-UNI : L’AVENIR DU NUCLÉAIRE EN FRANCE MENACÉ PAR LES PANNES DE CENTRALES

Emmanuel Macron a promis de développer le secteur du nucléaire français pour renforcer l’indépendance énergétique du pays. Toutefois, l’arrêt de nombreux réacteurs est un obstacle parmi d’autres, explique le “Financial Times”.

“Si la plupart des pays européens peinent à s’affranchir de leur dépendance aux énergies fossiles russes, un État semble à juste titre moins inquiet que ses voisins : la France, terre du nucléaire.”

Pas de quoi se réjouir trop vite cependant, prévient le Financial Times, car des problèmes de maintenance et des difficultés au sein du groupe EDF, ainsi que l’absence d’investissements dans le secteur ces dernières années, mettent à mal la souveraineté énergétique française.

Lire aussi : Vu d’Allemagne : Aux origines de l’obsession nucléaire française

“La moitié des 56 réacteurs français sont hors ligne – un record – dont 12 à l’arrêt en raison d’inspections anticorrosion.” L’an dernier, 69 % de l’électricité française était issue de l’énergie atomique. Cette année, à cause des pannes, le chiffre s’élève à 59 %, “ce qui a touché les finances du groupe énergétique contrôlé par l’État, EDF”.

Entre la hausse de la demande énergétique, la crise sanitaire et la guerre en Ukraine, “ces pannes n’auraient pas pu arriver à un pire moment”. D’autant plus que les problèmes de corrosion nécessitent du temps pour être réparés et ne seront donc pas résolus de sitôt.

En février, Emmanuel Macron avait promis de relancer “l’aventure nucléaire française”, dévoilant un plan d’investissement de 52 milliards d’euros destiné à reconstruire les réacteurs pour limiter les émissions carbone du pays.

Pour démarrer la “renaissance” du nucléaire français, le président devra d’abord trouver du personnel qualifié pour ce secteur très technique, qui en manque terriblement. Il devra ensuite l’emporter lors des législatives face à l’union des gauches, opposée au développement du nucléaire. Il faudra enfin obtenir un soutien européen pour étiqueter le nucléaire comme énergie verte. Cela garantirait à la France des investissements pour la construction de nouveaux réacteurs, désormais nécessaires à la production du plus grand exportateur net d’électricité de la région, dont l’Europe reste “tributaire”.

Par Courrier international, publié le 30 mai 2022 à 17h13

Photo en titre : La centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, en France, photo prise le 20 août 2020. Photo Charles Platiau / REUTERS

https://www.courrierinternational.com/article/vu-du-royaume-uni-l-avenir-du-nucleaire-en-france-menace-par-les-pannes-de-centrales