PLAN DE RELANCE DU NUCLÉAIRE : SUJET ÉLECTRIQUE DANS UN CONTEXTE TENDU

L’ESSENTIEL – Qu’en est-il du plan de relance du nucléaire annoncé par Emmanuel Macron au mois de février, deux semaines avant le début de la guerre en Ukraine? Dans un contexte tendu, des experts s’interrogent sur les conséquences de la mutation du parc automobile vers le tout électrique. 

« Le monde de demain sera plus électrique […] Nous devons être en mesure de produire jusqu’à 60 % d’électricité en plus qu’aujourd’hui. Et la clé, pour faire cela de la manière la plus sûre, c’est de développer les énergies renouvelables et le nucléaire », avait déclaré Emmanuel Macron, le 10 février.
Le chef de l’État, alors en campagne, en avait profité pour annoncer son intention de construire six nouveaux réacteurs nucléaires EPR d’ici 2050 et la possibilité d’en faire sortir de terre huit supplémentaires derrière.

Mais ça, c’était avant la guerre en Ukraine. Le premier EPR nouvelle génération entrera-t-il en service en 2035, comme assuré en février ? La question se pose pour pro et anti nucléaires qui s’interrogent sur le calendrier et les objectifs.

Un des enjeux pour le gouvernement est de transformer le parc automobile français pour l’amener vers le tout électrique. « On nous a expliqué que le pétrole n’avait pas d’avenir. Donc, d’un côté, vous avez Total et les autres qui n’ont pas envie d’investir dans la mise aux normes des raffineries et qui, pourtant, vont bénéficier de prix élevés pendant longtemps, indique Thierry Bros, un expert en énergies. De l’autre, l’intégralité du parc électrique aujourd’hui en Europe nécessite un réacteur nucléaire qui fonctionne tout le temps. Et à la fin de l’année, ce sera deux… alors que la moitié des réacteurs sont à l’arrêt en France.» Dans ces conditions, pour ce professeur à Sciences Po, l’orientation vers le tout électrique tombe mal. D’abord parce que ça va alourdir la part des particuliers dans la facture globale. Ensuite pour des questions d’acceptabilité sociale. « Qui va-t-on couper ? Celui qui se chauffe ou celui qui charge sa voiture ?»

« Le problème de la corrosion sur les réacteurs nucléaires est inédit et n’a pas été anticipé, observe de son côté le porte-parole de Negawatt ; ça illustre que faire reposer nos voitures électriques sur un parc nucléaire vieillissant, ça paraît dangereux. Chaque énergie a son revers, mais certaines plus que d’autres. Plus on attend d’arriver au pied du mur, plus il sera difficile à franchir.» (Voir NDLR ci-deous)

Par Béatrice Dillies, publié le 28/06/2022 à 07h00

Pour retrouver et écouter cet article (Powered by ETX Studio, 2mn19s), cliquer sur : https://www.ladepeche.fr/2022/06/27/plan-de-relance-du-nucleaire-sujet-electrique-dans-un-contexte-tendu-10400199.php

NDLR : cette dernière phrase s’applique fort bien au retard (volontaire) que la France (donc son gouvernement et les précédents) a pris (et prend toujours !) sur le développement des énergies renouvelables.