RELANCE DU NUCLÉAIRE : L’IMMENSE DÉFI DE LA MAÎTRISE DES COÛTS

Pour accélérer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, la France va devoir maîtriser des coûts estimés à 60 milliards d’euros par an.

Relancer le nucléaire, à quel prix ? Les modalités de financement restent à trancher pour le vaste projet de construction de nouveaux réacteurs qui engagera les Français pendant des décennies. L’année 2023 sera cruciale pour l’avenir énergétique de la France qui devra inscrire dans la loi la part dévolue à chaque énergie, et notamment au nucléaire, pour sortir des combustibles fossiles et parvenir à la neutralité carbone en 2050.

Pour faire de la France « la première nation industrielle décarbonée », le gouvernement soutient la construction de six réacteurs de nouvelle génération EPR, les EPR2, avec une option pour huit autres, tout en développant les énergies renouvelables (solaire, éolien…) Première étape, la présentation mardi au Sénat d’un projet de loi pour « gagner du temps » dans les procédures administratives d’autorisation, alors qu’EDF prépare déjà la mise en service de deux premières unités en 2035-37 à Penly (Seine-Maritime).

60 milliards d’euros par an

Pour appuyer son choix, le gouvernement s’est notamment basé sur des projections du gestionnaire du réseau électrique RTE, montrant un coût global inférieur de 10 milliards d’euros par an pour le scénario avec renouvellement du parc nucléaire : 60 milliards annuels, contre 70 milliards pour un scénario sans renouvellement. Mais qui assumera le coût, entre l’État, le consommateur, et EDF dont la dette est colossale ? « Plusieurs modalités de financement sont sur la table », répond-on au ministère de la Transition énergétique.

À lire sur le sujet : Nucléaire : EDF à l’orée d’une année encore compliquée

« Ce n’est pas crédible », estime-t-on chez Greenpeace. « Le nucléaire n’est pas une énergie qui peut répondre à l’urgence climatique compte tenu des délais de construction très importants », estime Pauline Boyer, responsable de campagne nucléaire. Alors que « les technologies des énergies renouvelables sont maîtrisées et permettent un retour sur investissement plus rapide », en quelques années seulement.

Photo Christophe Petit Tesson/EPA

Les investissements mondiaux dans l’éolien et le solaire ont été en 2021 près de 15 fois supérieurs à ceux consacrés à de nouvelles centrales nucléaires, indique le rapport World Nuclear Industry Status Report (WNISR) publié en octobre. Selon EDF, le coût de construction des six nouveaux EPR2 est estimé à 51,7 milliards d’euros (hors coûts de financement), plus 4,6 milliards en cas de difficulté de mise en œuvre. La renationalisation complète d’EDF doit à ce titre permettre d’attirer la confiance des investisseurs.

Des retards qui font gonfler la facture

Les investissements dans le nucléaire sont au départ pharaoniques et il faut des années avant de produire le premier KWh. En outre, le seul EPR en construction en France, à Flamanville (Manche), cumule désormais 12 ans de retard sur sa mise en service et une facture multipliée par quatre. « Je ne sais pas si quelqu’un dans le monde sait combien coûtera l’EPR2. Mais au-delà du coût, on peut se demander si un tel programme industriel est faisable », relève l’analyste Mycle Schneider, coordinateur du rapport WNISR, qui note par exemple le manque de bras dans la filière.

Quand vous avez un effet de standardisation et de série des projets, vous diminuez assez fortement le coût moyen de l’ensemble

Le gouvernement comme EDF font valoir que les retours d’expérience des chantiers d’EPR dans le monde et le modèle de production en série permettront de faire des économies. « Quand vous avez un effet de standardisation et de série des projets, vous diminuez assez fortement le coût moyen de l’ensemble », a souligné la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher devant le Sénat.

À lire sur le sujet : La Bretagne pourra-t-elle se passer de nucléaire ?

Ce coût dépendra également des conditions de financement, autrement dit le coût de la dette, « qui auront un impact de manière déterminante sur le coût de la production d’électricité », souligne Thomas Veyrenc, directeur exécutif de RTE. Or « pour atteindre un coût de financement favorable et baisser le coût de l’électricité vendue, le nouveau nucléaire devra bénéficier de mécanismes de soutien public », comme c’est le cas au Royaume-Uni avec le projet d’EPR de Hinkley Point, estime-t-il. Il pourrait s’agir de « garanties de prix pour l’électricité produite », comme l’éolien et le solaire en ont bénéficié, « et/ou inclure une partie de financement public direct », poursuit-il.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a pour sa part estimé le coût pour l’État « tout à fait abordable », surtout si l’électricité peut être vendue par des contrats d’achat privés de long terme. « Il y a encore une discussion approfondie à avoir entre ministères, en lien avec EDF puis la Commission européenne pour construire ce modèle financier », souligne le ministère de la Transition énergétique. Les « arbitrages » sont attendus « dans les prochains mois ».

Publié le 17 janvier 2023 à 11h04

Photo en titre : Le site nucléaire de Penly, au bord de la Manche, devrait accueillir deux réacteurs EPR de nouvelle génération à l’horizon 2035. (Photo Christophe Petit Tesson/EPA)

https://www.letelegramme.fr/economie/relance-du-nucleaire-l-immense-defi-de-la-maitrise-des-couts-17-01-2023-13260260.php