EAU : LE NUCLÉAIRE VA DEVOIR S’ADAPTER

« On doit adapter nos centrales nucléaires au changement climatique en engageant un vaste programme d’investissement pour faire des économies d’eau et permettre de fonctionner beaucoup plus en circuit fermé », a annoncé Emmanuel Macron lors de la présentation du « plan Eau », le 30 mars dans les Hautes-Alpes.

Mais de quel niveau de consommation parle-t-on ? Car le gouvernement a mené une véritable guerre des chiffres avec les antinucléaires ces dernières semaines, en plein débat sur les usages de l’eau et la loi d’accélération du nucléaire. Le ministère de la Transition écologique a publié le 29 mars les nouveaux chiffres de consommation de l’eau du parc nucléaire français. Ils sont en baisse : les 56 réacteurs du parc pèseraient désormais pour 12 % de la consommation totale d’eau, au lieu des 31 % affichés précédemment.

Le nucléaire descend ainsi de la deuxième à la troisième place des activités les plus consommatrices d’eau, après l’agriculture 58 %) et l’eau potable (26 %). Comment le service des statistiques du ministère est-il arrivé à de tels résultats ? « Ces dernières semaines, nous avons travaillé plus finement avec les énergéticiens pour préciser les prélèvements et la consommation du parc nucléaire », s’est-il contenté d’expliquer.

De l’eau très chaude rejetée

Le ministère de la Transition écologique avait retiré en toute discrétion, vers le 10 mars, un document de synthèse portant sur la ressource et l’utilisation d’eau en France. Motif, ces chiffres, qui dataient d’une quinzaine d’années, « ne reflétaient pas la réalité des consommations », sous-entendu surestimaient la part attribuée au nucléaire.

Les réacteurs doivent être refroidis en permanence pour pouvoir fonctionner en toute sûreté. Ils ont donc été construits en bord de mer ou aux abords de fleuves ou de rivières, où ils puisent d’importantes quantités d’eau qu’ils rejettent soit directement, en totalité et très chaudes (dans le cas d’un refroidissement en circuit ouvert), soit après évaporation partielle et abaissement de la température dans des tours aéroréfrigérantes (en circuit fermé).

Des réacteurs trop gourmands

Or, les températures qui augmentent et les sécheresses qui se multiplient affectent ce processus et posent la question de la pertinence du nucléaire dans un contexte de changement climatique.

Cette inquiétude n’émane pas seulement d’antinucléaires convaincus. Dans son rapport du 21 mars, la Cour des comptes avait chiffré à 890 millions d’euros entre 2001 et 2022 le coût des pertes de production nucléaire liées aux épisodes de canicule et de sécheresse, dont 120 millions sur la seule année 2022. Les magistrats avaient conseillé à EDF de mieux anticiper l’évolution du débit des fleuves dans les prochaines années, de réinterroger scientifiquement les normes de rejets thermiques dans les cours d’eau et d’investir dans la recherche et développement pour des réacteurs moins gourmands en eau.

En janvier, c’était l’Autorité de sûreté nucléaire qui réclamait davantage d’anticipation des impacts du réchauffement climatique sur le parc nucléaire. « Il faut mieux tenir compte des effets de cumul. Il y a, par exemple, un sujet sur le réchauffement thermique de la ressource en eau après refroidissement », avait alerté son président Bernard Doroszczuk.

Publié le 30 mars 2023 à 16h56, mis à jour le 30 mars 2023 à 18h59

Photo en titre : Les réacteurs doivent être refroidis en permanence afin de pouvoir fonctionner en toute sûreté. Flickr/CC BY 2.0/Vincent Desjardin

https://reporterre.net/Eau-le-nucleaire-va-devoir-s-adapter

Message de Reporterre

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce début d’année, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que 2023 comportera de nombreux progrès pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes, tout au long de l’année.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, soutenez Reporterre mensuellement, à partir de seulement 1€. Cela prend moins d’une minute, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner